lundi 19 décembre 2016

Jungle Shadow de Gala De Spax

Jungle Shadow, de la télé-réalité au cauchemar

Editions : Sharon Kena (2013)
314 pages

Résumé : Shadow est une jeune étudiante qui vit depuis ses trois ans dans une famille adoptive dont les moindres faits et gestes sont filmés pour un programme de téléréalité.
Le producteur propose, à la suite d’un vote du public, que Shadow retourne à Sumatra afin d’y retrouver ses parents biologiques sous les yeux de la France entière. 
Notre candidate accepte et se lance donc dans cette nouvelle émission estivale qui ne va pas être aussi idyllique que prévu…



Chronique

Le titre et la couverture ne m'ont pas du tout attirée au premier abord, mais les critiques positives ainsi que l'envie de lire quelque chose de léger m'ont convaincue de me laisser tenter. Et je ne l'ai absolument pas regretté !

Jungle Shadow ne ressemble à aucun livre que j'ai lu et ce pour différentes raisons : il navigue quelque part entre le roman d'amour, le roman d'aventure et le fantastique, mais surtout, ses personnages sont atypiques.
Il va être difficile de parler de ce livre sans révéler, et donc gâcher, une bonne partie de l'intrigue et des retournements de situation. Donc pour ceux qui ont envie de lire le livre, je vous conseillerais d'aller le faire de ce pas.

Au niveau des personnages, Shadow a grandi dans un environnement très particulier qui fait qu'elle se donne une apparence froide, hautaine, afin de se protéger. A certains moments, elle peut se montrer capricieuse, mais à côté de cela, elle ne manque pas de courage et de répartie, et sa solitude ainsi que les (nombreuses) épreuves qu'elle va devoir affronter dans ce roman ne peuvent que toucher et provoquer l'empathie.
Quant aux autres personnages… je vais être vulgaire, mais il n'y a qu'une formule qui me vienne à l'esprit : tous des bâtards. J'ai rarement vu un tel défilé de lâches ! Shadow va de déception en déception, ne pouvant faire confiance à personne et découvrant de sombres secrets au fil de l'histoire. Je suis tombée sur les fesses à de nombreuses reprises, et je peux l'avouer : j'ai trépigné d'indignation, serré les poings de colère et même versé quelques larmes.

Gala de Spax s'amuse avec nos nerfs, joue sur les clichés pour nous rapprocher de rivages rassurants, nous amenant à baisser nos défenses trop rapidement en croyant à une suite plus conventionnelle. Mais que nenni ! Les princes charmants ne le sont points, ici, et les bad boys en sont définitivement, sans espoir de rédemption. Le coup de l'amour fou au premier regard, elle nous le ressert 2 fois (et je dois avouer que la deuxième m'a fait l'effet de : ah enfin, il est là ! Enfin quelqu'un qui va pouvoir tenir le rôle qu'il manquait : le beau gosse, sympa, amoureux, qui va amener à une jolie petite fin. Eh bien non. La chute est rude. S'il y a une morale à ce livre, c'est méfiez-vous des jolis discours.
D'ailleurs, parlons-en de moralité… Gala de Spax fait fort, quand même, en jouant sur l'ambiguïté amour fraternel/amour euh… non fraternel. Parce que ça met forcément mal à l'aise, cette relation quelque peu incestueuse. Et ça non plus, je n'avais jamais rien lu de tel. C'est malsain, certes, mais je n'ai pu qu'adhérer.
Autre fait surprenant : le récit est en deux parties, et la deuxième se passe hors de la jungle. Et pourtant, c'est bien la plus intéressante ! Les sentiments de Shadow envers son frère sont plus ambigus que jamais, et que de révélations !

Donc vous l'aurez compris, ce roman a su me surprendre et m'embarquer (je l'ai lu sans m'arrêter, en une soirée), et me toucher aussi. Je n'ai qu'une hâte : découvrir les autres livres de l'auteure !


dimanche 4 septembre 2016

Zone cinglée de Kaoutar Harchi

Zone cinglée

Editions : Sarbacane (2009)
190 pages

RésuméDans la " zone cinglée " de la Cité, les Mères règnent en maîtres. Lasses de pleurer leurs fils consumés par les lumières de la Ville-Centre, elles se jettent à corps perdu dans une étrange Cause : créer une armée d'enfants pour empêcher le souvenir des morts de hanter les vivants. Taârouk, 26 ans, balaye les folies qui l'entourent - celle des Mères folles de la Cité -, celle de sa propre mère défunte, celle de son frère " mangeur d'haltères " dont le seul rêve est d'être un poster. Une nuit, il brave le tabou suprême en pénétrant dans la cave : un lieu libre, à la frontière de la Cité et de la Ville-Centre, où les deux mondes entre parfois en collision...




Chronique


Zone cinglée m’a été recommandé par plusieurs personnes de mon entourage. Ecrit par Kaoutar Harchi, une jeune écrivaine originaire de Strabourg ayant fait un doctorat de sociologie, ma curiosité a été piquée à vif. D’autant plus que le livre est court, et rapidement dévoré.

Kaoutar Harchi a créé un univers naviguant entre les limites du fantastique et de la réalité brutale. Le fantastique introduit dans l’histoire se rapproche d’une métaphore de cette réalité. Le fantastique révèle la réalité, permet de l’exprimer.
Ceux qui m’ont recommandé le livre m’ont dit que, même si l’auteure ne l’évoque jamais clairement, l’Elsau est tout à fait reconnaissable dans les descriptions. Je ne saurais le confirmer, mais je pense que Kaoutar Harchi a réussi à saisir quelque chose de la cité, et à l’imprégner dans son texte. Il ne s’agit pas forcément du sujet qui va me toucher le plus, à un niveau personnel, mais c’est incontestablement un sujet qui mérite d’être évoqué et qui n’est que trop peu présent dans la littérature. L’auteure répare ce tort avec brio, et avec grâce, surtout. Avec sensibilité et brutalité, tout à la fois.
Ce livre est un voyage dans un monde inconnu, qui touche à l’hallucination. Aux songes. À la poésie, incontestablement. C’est noir et c’est lumineux.

L’écriture de Kaoutar Harchi est unique. On me l’avait vantée. Je ne peux que confirmer : à 23 ans seulement, elle écrit comme personne. Elle possède son univers, ses mots, sa façon de les agencer. Un style inimitable, car il possède la brutalité, la sécheresse, le tranchant, mais aussi un rythme et des images absolument envoûtants. Et terriblement beaux. C’est de la poésie en prose.

C’est un livre à découvrir, pour l’écriture principalement et pour cet univers original. Aucun autre livre ne ressemble à celui-là, et c’est déjà quelque chose de très fort.


Meurtres pour rédemption de Karine Giebel

Meurtres pour rédemption

Editions : Pocket (2012)
988 pages

RésuméMarianne, vingt ans. Les barreaux comme seul horizon. Perpétuité pour cette meurtrière. 
Indomptable, incontrôlable, Marianne se dresse contre la haine, la brutalité et les humiliations quotidiennes. 
Aucun espoir de fuir cet enfer, ou seulement en rêve, grâce à la drogue, aux livres, au roulis des trains qui emporte l esprit au-delà des grilles. Grâce à l'amitié et à la passion qui portent la lumière au coeur des ténèbres. 
Pourtant, un jour, une porte s'ouvre. Une chance de liberté. 
Mais le prix à payer est terrifiant pour Marianne qui n'aspire qu'à la rédemption...




Chronique


Le purgatoire des innocents est incontestablement un de mes livres préférés. Un choc littéraire, un livre qui m’avait percuté si fort qu’il s’est encastré quelque part en moi, pour ne plus en sortir. J’avais lu quelques autres Karine Giebel sans ressentir le même émoi, bien qu’ils aient tous été bons. J’avais toutefois lu toutes ces critiques élogieuses, qui plaçaient Meurtres pour rédemption à la hauteur du Purgatoire. Mes attentes étaient donc démesurées, comme il se devait après une telle œuvre. Mes craintes également. Mon excitation. Un sentiment semblable aux débuts d’une relation amoureuse. La peur d’être déçue, la hâte d’être émerveillée.

Je n’aurais qu’une chose à dire : les critiques ne mentent pas. Loin de là. Meurtres pour rédemption n’est pas un choc, c’est un tremblement de terre. Un tremblement littéraire. Il ne m’a pas percutée, mais déchiquetée. Puis a passé mes restes à la broyeuse pour les éparpiller dans le vent.


Je ne veux rien révéler de l’intrigue, car elle gagne à être découverte par soi-même. Presque mille pages, et pas une à côté. Pas un mot de trop. Ou qui manque.
Les thèmes de Karine Giebel s’y retrouvent : la relation prisonnier/geôlier, l’enfermement, la folie. Jamais elle ne les aura mieux explorés.


Cette année, mon rythme de lecture a fortement diminué et il est rare que je termine un roman en moins de quelques jours. Meurtres pour rédemption est le livre le plus énorme que j’ai lu cette année. Énorme dans tous les sens du terme. C’est aussi celui que j’ai dévoré le plus rapidement.

Les personnages sont extraordinaires de nuance. Nuances de gris, les vrais. Les dures. C’est un roman de granit et d’acier, dur, lourd. Incisif et tranchant comme une arme. Mais il est aussi doux, parfois. Tendre, presque, à sa manière. Ce qui accentue l’horreur. Le plus fou, dans tout ça, c’est qu’il s’agit d’une histoire d’amour. Une histoire d’amour comme Karine Giebel aime les dessiner, les raturer, les déconstruire. Ces personnages, on les aime. On les déteste. Les deux en même temps, parfois. Mais on ne les oublie pas.

Je ne conseille pas ce roman, mais j’ordonne sa lecture. Si vous ne l’avez pas encore lu, il manque quelque chose à votre vie.


jeudi 18 août 2016

Néachronical tome 3 : Manus Dei

Manus Dei

Editions : Chat Noir (2015)
380 pages

RésuméPar trois fois, on m'a laissée pour morte. 
Dans l'ombre d'un seul et même homme.
Le temps de la vengeance est enfin venu.

ExtraitLes zombies, visiblement fatigués de se prendre la branlée de leur mort, bondissent sur la rambarde et d'une habile pirouette me contournent. Je les ai traités de décérébrés? Erreur ma chère, erreur...








Chronique


Un tome que j'ai trouvé tout aussi bon que le premier. Une fois encore, l'auteur fait prendre à son intrigue une direction totalement différente. Je ne voudrais pas gâcher la surprise, donc je n'en dirai pas trop, mais j'ai adoré cette nouvelle orientation, qui mêle mythes égyptiens et SF. Si les deux précédents opus ne manquaient pas d'originalité, celui-ci en déborde. Et c'est tant mieux.

L'intrigue est passionnante, et contrairement au deuxième tome où j'avais eu plus de mal à m'immerger dans celle secondaire, cela n'a pas été le cas cette fois. Chaque récit est captivant. J'ai aussi ressenti plus d'attachement aux personnages que dans le précédent tome.

Bref, j'ai adoré. Sauf la toute fin, les dernières pages, qui m'ont un peu déçue. Si l'auteur s'était arrêté avant, la saga se serait conclue parfaitement, à mon sens. Cette fin diminue l'impact de tout ce s'est déroulé auparavant, même si je comprends ce choix.

Cela reste tout de même un bon livre de fantastique, et une bonne trilogie, qui est parvenue à se renouveler à chaque tome.



Néachronical tome 2 : Post Mortem

Post Mortem

Editions : Chat Noir (2014)
371 pages

RésuméAvoir découvert ce qu’il s’était passé pendant ces cinq années effacées de sa mémoire n’a pas aidé Néa à comprendre ce qu’elle était devenue. Après une vengeance et une trahison, voilà qu’elle se retrouve abandonnée dans un cimetière, entourée de cadavres et de forces de l’ordre un rien agressives.

Beaucoup trop d’obstacles sur la route de cette jeune fille qui la ralentissent dans sa quête de vérité : découvrir enfin sa nature et pourquoi la Mort rôde ainsi autour d’elle.





Chronique


Les trois opus de Néachronical sont tous vraiment différents. Ce second tome donne les réponses à la plupart des questions, et oriente l’intrigue sur une autre voie, tout aussi captivante que celle empruntée dans le premier. Au départ, il est difficile de lier l’histoire secondaire à la principale, et je dois avouer que je m’y suis un peu moins intéressée. Mais à la fin, lorsqu’elles se rejoignent, j’ai pleinement saisi son intérêt. Sans vouloir trop en dire, l’intrigue revisite un mythe de manière originale et savoureuse.

J’ai trouvé ce tome plus axé sur l’action, sans aucun temps mort, certes, mais aussi une psychologie des personnages moins développée. Et moins de mystère. Ce qui est normal, puisqu’il faut bien apporter quelques informations à un moment donné, mais je préfère toujours ces instants où on ne sait pas encore où l’histoire va nous emmener. J’ai trouvé également le style un peu moins maîtrisé dans ce tome, certaines expressions m’ont parues légèrement redondantes.

Donc globalement, même si j’ai apprécié ma lecture, qui offre tout de même une histoire originale et sombre, j’ai préféré les tomes un et trois, qui possèdent un ton me parlant plus.



vendredi 5 août 2016

Charogne tango de Brice Tarvel

Charogne Tango

Editions : TRASH (2015)
149 pages

RésuméEnfant, en Argentine, Gonzalo a erré dans les salles de torture et de mort de l'Ecole supérieure de Mécanique de la Marine. Ce qu'il y a vu, les effroyables exactions de la junte militaire lui ont bien plu et ont marqué à jamais son esprit. Il ne faut donc pas s'étonner si, bien des années plus tard, il décidera de libérer le prédateur qui sommeille en lui.

ExtraitIl semblait vêtu d'écarlate, ne faisait plus qu'un avec cette morte encore molle qui tenait le rôle d'une épouvantable poupée gonflable. Il dansait, multipliait les figures les plus compliquées, n'hésitait pas à saisir l'un ou l'autre membre de sa partenaire d'outre-tombe pour l'obliger à se plier à son bon vouloir. Il éprouvait le même bonheur que lorsque, dans la cuisine de sa grand-mère, effrayant les poules, il s'initiait au tango en ravissant la vieille femme.


Chronique


J'avais adoré la nouvelle de Brice Tarvel, Kotok, dans Dimension TRASH, et avais donc très envie de découvrir ce roman. Le personnage de la petite fille, tout particulièrement, m'avait plu. Ayant été qualifié de petite sœur de Patchouli, ma curiosité avait bien été émoustillée. Et elle n'a pas été déçue.

Les personnages sont bien barrés, aucun doute là-dessus. Patchouli et Gonzalo en tête, mais les autres qui parcourent le récit ne sont pas en reste. J'ai beaucoup aimé suivre les déboires de cet apprenti tueur en série, qui tombe souvent mal. Les scènes sont savoureuses, toujours empreintes d'humour. J'ai d'ailleurs grandement apprécié cet humour décalé.

Le style est toujours aussi fluide, et j'ai même trouvé certains passages très joliment formulés. Je me suis laissée porter au bout de cette histoire avec beaucoup de plaisir. Et pour une fois, tout n'est pas noir. Il y a même un peu de tendresse qui s'invite chez TRASH.


lundi 11 juillet 2016

Dernière fenêtre sur l'Aurore de David Coulon

Dernière fenêtre sur l'Aurore

Editions : Mnémos (Hélios) (2015)
248 pages

RésuméIl y a cet immense bunker isolé où quatre hommes retenus captifs sont systématiquement avilis et torturés.
Il y a la belle Aurore Boischel, dix-huit ans, jeune fille de bonne famille, qui gît sur son lit, morte. Assassinée.
Il y a ce détective privé embauché par un inconnu pour filer... un policier.
Et il y a Bernard Longbey, le flic revenu de tout, qui sait que la petite bourgade de Bois-Joli est devenue une toile de mort et de folie où l’araignée attend sa proie...

ExtraitDes photos qui font monter des larmes aux vieux tandis que la pluie martèle indéfiniment leurs vitres, leurs murs, aussi lézardés que les ridules qui dévorent leur visage.



Chronique


C'est un roman sombre (noir, c'est le cas de le dire !), et vraiment oppressant. J'ai tardé à en écrire une critique, car il m'a vraiment laissé une drôle d'impression, et même maintenant je ne pense pas pouvoir mettre des mots sur mon ressenti. Je vais tout de même tenter de décortiquer un peu tout cela en abordant les deux points qui me semblent réellement en son coeur : l'ambiance et les personnages.

Ce n'est pas un polar dans le sens consensuel du terme, car même si meurtre et enquête sont là, ils ne sont pas centraux. C'est réellement l'histoire d'un/des homme(s) qui… pètent un voire plusieurs plombs, mais le terme n'étant pas très poétique, disons plutôt : qui perdent pied avec la réalité. J'ai aimé suivre cette évolution, même si je dois dire que j'ai parfois été mal à l'aise. L'ambiance est vraiment oppressante, et cela tient aussi grandement au travail du personnage principal : flic pour la Brigade de Protection des Mineurs. J'ai eu soudain une révélation : je n'avais jamais lu de polar où le personnage principal travaillait là-dedans, à chaque fois, ça avait été la Crim. Et on peut dire que ça fait son effet. Je n'aurais qu'un mot pour le décrire : sordide. Ah si, peut-être aussi : horrifiant.

La première partie du roman est plutôt lente au niveau du rythme, il n'y a pas vraiment d'action, mais c'est ce qui permet d'instaurer cette ambiance si particulière : ça stagne, comme une eau marécageuse, trouble et nauséabonde. Pour rester en ces termes : le personnage principal semble comme embourbé, dans ses pensées, ses cauchemars, ses peurs.
Dans la deuxième partie, le rythme s'accélère d'un coup et il n'est plus question de lâcher le livre avant la fin. J'avais trouvé le coupable un peu avant la révélation (ça m'avait fait tilt, il manquait une seule petite pièce pour que le puzzle soit reconstitué). Mais ça ne m'a pas dérangée, parce qu'au final, le roman suit une ligne logique, qui fait un peu figure d'inéluctabilité, et les personnages sont tels qu'il ne pouvait en être autrement. L'identité de celui-ci renforce encore la cruauté ambiante, car finalement, personne n'est bon, ni gentil.

Ce qui est aussi assez étonnant dans ce roman, c'est que les femmes y sont toutes absentes (mortes ou parties), alors même qu'un personnage très central (Aurore) est finalement omniprésent. Même Virginie est souvent en arrière-plan. Des personnages absents donc, tout en étant très présents. Les hommes, eux, semblent tous habités par une certaine violence contenue (ou non, d'ailleurs). Je les ai trouvés assez fouillés, surtout pour un roman finalement assez court.
Bref, pour conclure, je dirais que c'est un roman qui ne laisse clairement pas indifférent et qui hante, tout autant que son personnage principal est hanté.


mardi 5 juillet 2016

Pestilence de Degüellus

Pestilence

Editions : TRASH (2013)
150 pages

Résumé : L'ignoble Moyen-Âge... Un village dans les marais, une épidémie... Hommes, femmes et enfants couverts de bubons, qui meurent dans d'atroces souffrances, lorsqu'ils ne sont pas brûlés vifs. Et ce médecin de la pestilence aux prises avec un complot répugnant...

ExtraitLes corps étaient dans le grand lit. Barbet, pourtant habitué aux cadavres, s'accrocha au chambranle, écoeuré. Le père de famille, visage tourné vers le médecin, semblait le dévisager. L'oeil gauche disparaissait sous une énorme cloque putride dont s'échappait une énorme coulée brunâtre. Le nez était tombé, laissant un orifice à vif, au pourtour rosacé recouvert d'un mucus glauque contournant les lèvres constellées de bubons, figées en un rictus de douleur.


Chronique


Le Moyen Âge est une époque qui se prête extrêmement bien aux excès les plus purulents et atrocités les plus extrêmes, Pestilence le confirme.

Quand je pense à cette époque, j’imagine des rues sales, nauséabondes, où les déjections sont jetées par les fenêtres, où la maladie se répand dans un air épais, putride, où les chicots sont noirs, quand ils sont présents. Un Moyen Âge peu représenté dans la littérature, et qui exhale toute sa puanteur méphitique dans ce roman. Pestilence a été comparé à plusieurs reprises à du Brussolo, et c’est vrai qu’il m’a un peu rappelé « Le château des poisons », pour cette ambiance en huit-clos, même si Degüellus va plus loin dans l’horreur.

Le début est vraiment excellent, avec l’arrivée dans ce village perdu au milieu des marécages, atteint par la peste, qui combat la maladie par des extrémités liées aux peurs et croyances de l’époque. Les descriptions de la maladie sont très efficaces, et j’ai particulièrement apprécié le vocabulaire utilisé, qui permet une bonne immersion dans l’histoire.
L’intrigue tient en haleine jusqu’au bout, et le personnage de Tancrède est intéressant, obnubilé par sa quête morbide, humain dans tous les sens du terme. Moderne dans sa façon de penser, il est exclu par ses collègues pour cette raison. Il étudie la maladie, aide les malades sans que cela ne soit réellement son but premier, mais fait tout de même preuve d’humanité, et affronte l’église pour cela. Les autres personnages présentent un peu moins de nuances. J’aurais aimé voir l’inquisiteur un peu plus longtemps.

Certains passages sont presque cartoonesques, dans un excès qui en devient quasi amusant. J’ai une préférence pour l’approche plus « réaliste », noire de TRASH. Une approche plus premier degré, qui ne permet aucun recul, aucune distance. Là, l’aspect un peu burlesque rend l’horreur plus supportable. L’avantage est de pouvoir se concentrer plus facilement sur l’intrigue, sans se laisser submerger par les atrocités, et de pouvoir dévorer le livre sans interruption.

Donc un bon bouquin, à ne pas manquer pour les aficionados du gore.


mardi 28 juin 2016

La femme en vert d'Arnaldur Indridason

La femme en vert

Editions : Points
346 pages

RésuméDans une banlieue de Reykjavik, au cours d'une fête d'anniversaire, un bébé mâchouille un objet qui se révèle être un os humain. Le commissaire Erlendur et son équipe arrivent et découvrent sur un chantier un squelette enterré là, soixante ans auparavant. Cette même nuit, Eva, la fille d'Erlendur, appelle son père au secours sans avoir le temps de lui dire où elle est. Il la retrouve à grand-peine dans le coma et enceinte. Erlendur va tous les jours à l'hôpital rendre visite à sa fille inconsciente et, sur les conseils du médecin, lui parle, il lui raconte son enfance de petit paysan et la raison de son horreur des disparitions. L'enquête nous est livrée en pointillé dans un magnifique récit, violent et émouvant, qui met en scène, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, une femme et ses deux enfants. Une femme, victime d'un mari cruel qui la bat, menace ses enfants et la pousse à bout.


Chronique


Mon avis est plutôt mitigé car si je me suis prise au jeu et ai fini par aimer, il m'a fallu un certain temps avant d'entrer dans l'histoire. La raison principale reste le style qui ne m'a pas convaincue : il y a au départ de nombreuses répétitions (le mot "terre" trois fois en quatre lignes, lors de la description du squelette par exemple), des redondances (que ce soit dans les idées, qui sont redites de manière différente mais plusieurs fois ou dans des phrases trop longues qui mériteraient d'être élaguées drastiquement) et de très nombreux auxiliaires : parfois, les actions des personnages sont listées en une longue suite de "ils avaient fait, puis ils étaient allés, puis avaient fait…" et l'accumulation de ces petites maladresses m'a gênée dans ma lecture, m'a tenue à distance.

En tout cas, jusqu'à l'apparition de l'histoire de la femme battue. Parce qu'alors, je dois l'avouer, j'ai trouvé ces passage très forts émotionnellement. J'ai d'ailleurs longtemps été agacée et un peu frustrée car l'enquête extrêmement lente du squelette, pour laquelle on devine très rapidement le lien avec cette histoire parallèle, ne m'intéressait pas du tout et je n'avais qu'une hâte : retrouver cette famille en souffrance.

Mais peu à peu, insidieusement, presque malgré moi, j'ai été prise par l'histoire, par ce rythme empreint d'une certaine langueur. Et même si la fin ne m'a pas surprise, l'horreur teintée d'indifférence, la violence latente qui alourdit chaque mot alors que ceux-ci présentent une banalité affreuse, n'a pu que me toucher, voire me marquer. Je n'oublierai pas cette famille qui a été oubliée de tous pendant 70 ans.
Mon regret final serait le manque de développement d'Elinborg et de Sigurdur, que j'aurais aimé mieux connaître.

Je ne sais pas si je tenterai à nouveau un Erlendur, la mise en place ayant été trop longue à mon goût, mais je ne regrette pas ma lecture.


La cour des secrets de Tana French

La cour des secrets

Editions : Points (2016)
607 pages

RésuméStephen Moran, personnage apparu brièvement dans Les Lieux infidèles, est un flic ambitieux affecté aux affaires non classées et qui rêve d’intégrer la Brigade des homicides quand il reçoit la visite de Holly Mackey, fille d’un collègue. Il y a un an, dans le lycée huppé de Colm, à Dublin, Chris Harper, 16 ans, a été assassiné. Holly a trouvé sur le tableau d’affichage de son lycée privé pour filles, tenu par des religieuses, une photo de Chris assortie d’un mot dont les lettres ont été découpées dans les pages d’un livre : « Je sais qui l’a tué. » Moran saute sur l’occasion et s’impose au côté de l’inspectrice chargée de l’enquête. Issus d’un milieu ouvrier, les deux flics sont mal à l’aise parmi les adolescents gâtés de ces deux établissements. Et il leur est difficile de démêler l’écheveau des secrets, des mensonges, des rodomontades propre à l’adolescence. Mais les drames se produisent même dans ces cages dorées, ces bulles où les parents fortunés s’imaginent pouvoir protéger leurs enfants des violences du monde.


Chronique


Une très bonne surprise que cette cour des secrets. Loin de Gossip Girl, ou de ce à quoi on pourrait s'attendre sur la jeunesse dorée, je ressors de ce roman avec un sentiment de nostalgie, quelque chose de doux et de triste.

L'intrigue, bien que pas d'une grande originalité, est menée d'une main de maitre. Des originalités, il y en a tout de même : le laps de temps sur lequel elle se déroule, et la base même du récit. Tous les indices, toutes les découvertes sont à trouver dans la parole, les interrogatoires. Une orfèvrerie de psychologie.
La temporalité du récit est intéressante : à la fois en huit clos, avec pour seuls personnages les huit filles et les deux flics, et en même temps, dans son autre partie, des tranches de vies qui nous permettent de connaître et apprécier ces filles. Et de comprendre tous les enjeux qui entourent la mort de Chris.
La psychologie des personnages est très soignée, et c'est le gros point fort du livre. Je me suis vraiment replongée dans cette période intense et tragique, où l'on se croit invincible, où l'on croit que l'amitié est indestructible. Où les émotions sont exacerbées et où les blessures marquent si profondément qu'elles ne disparaissent jamais. Cette période où on croit que le monde s'ouvre devant nous, déroule le tapis rouge pour nos rêves.

Holly et ses amies percutent durement la réalité et c'est douloureux. Et on ne peut que sortir de ce roman avec la tristesse de ce qu'elles ont perdu, que nous avons tous perdu à un moment donné, et la joie d'avoir pu le retrouver durant quelques pages.
Merci à Babelio et aux Editions Points pour cette belle découverte.


lundi 20 juin 2016

Le cercle des sorcières, tome 3 : la cité des ombres de Diana Pharaoh Francis

Le cercle des sorcières : la cité des ombres

Editions : Panini (Crimson) (2013)
385 pages

RésuméNotre monde est sur le point de sombrer dans une apocalypse magique. Pour protéger le cercle des sorcières, Max se rend dans la cité des ombres, un lieu baigné de mystères et de magie, où elle va se battre pour survivre, et échapper à une créature qui veut s’approprier son pouvoir. Alexander va faire tout son possible pour sauver son aimée, qui ne lui facilite pas toujours la tâche ! Le courage, la foi et la loyauté leur permettront-ils de remporter cette bataille ?









Chronique


Un tome plein d'action, porté par un rythme effréné, qui rattrape largement les quelques faiblesses du tome précédent. L'alternance entre les deux points de vue donne un nouveau souffle et entraîne une certaine addiction, chaque chapitre se terminant sur un suspense. La séparation des deux personnages principaux est aussi une bénédiction, mettant totalement en arrière-plan la romance et laissant place au développement de nouveaux personnages. J'ai été ravie de découvrir plus amplement Scooter et j'ai adoré Ilanion. Mon petit faible pour Tutresiel s'est confirmé, bien que j'aimerais encore le voir être plus approfondi.


Quant aux personnages principaux, j'ai retrouvé la Max qui m'avait tant plue dans le premier livre : piquante, impertinente, audacieuse, téméraire et dévouée, et non plus la grande gueule un peu trop vulgaire qui ne sait pas ce qu'elle veut du deuxième tome. Alexander reste un peu trop arrogant à mon goût… enfin, surtout un peu trop agressif, toujours au bord de la rupture, pouvant basculer d'un moment à l'autre dans une colère aveugle, pour une quelconque provocation qui n'en est parfois même pas une. Mais je l'ai trouvé moins insupportable que dans le tome 2, son amour pour Max et son dévouement à Horngate le rendent sympathique.



Une série qui confirme donc sa qualité avec un tome survolté, où il est impossible de s'ennuyer tant les péripéties s'enchaînent.


Le cercle des sorcières, tome 2 : le souffle des ombres de Diana Pharaoh Francis

Le cercle des sorcières : le souffle des ombres

Editions : panini (Crimson) (2013)
357 pages

RésuméIl y a les gentil, il y a les méchants, et il y a Max...
Max sait ce que coûte de faire confiance à la mauvaise personne : son ancienne amie Giselle l'a mise en esclavage il y a des années, la transformant en guerrière mortelle au service de son cercle de sorcières. Mais aujourd'hui, les enjeux deviennent mortels : Les gardiens, maîtres suprêmes du monde magique, ont déclaré la guerre à l'humanité. Max et Giselle devront faire face ensemble pour protéger ce qui leur est cher.
Mais le plus dur pour Max sera de faire face à la vérité qui fera voler en éclat tout ce en quoi elle croit, et ceux en qui elle peut avoir confiance...



Chronique


Un deuxième tome qui n'a pas satisfait toutes mes attentes. L'évolution des personnages ne m'a pas convaincue : Max s'ouvre plus à ses émotions, mais les contrôle moins bien, ce qui la rend plus agressive, plus vulgaire, encore plus rentre-dedans et impulsive. Elle ne se distingue plus vraiment des nombreuses héroïnes du genre.

Alexander m'a quant à lui énervée : il prend trop d'assurance, devient trop arrogant.
Max a failli mourir dans le tome 1, et le fait d'accepter que des personnes puissent être proches d'elle a ouvert la porte à toutes sortes d'abus : les hommes qui l'entourent sont devenus surprotecteurs, oubliant parfois que Max est leur supérieure et sait parfaitement s'occuper d'elle-même. Son statut de femme forte en a pris un coup.

La tension sexuelle entre Max et Alexander devient également trop présente, enlevant la subtilité qui me plaisait tellement dans le tome 1.
Les personnages secondaires sont trop mis en retrait, alors que j'aurais aimé découvrir plus amplement certains d'entre eux : notamment les anges et Scooter.

Néanmoins, reste une ambiance apocalyptique bien appréciable et une dernière partie bourrée d'action, qui rattrape le reste un peu plus mou. La fin donne envie de savoir la suite alors je laisserai sa chance au reste de la série.


Le cercle des sorcières, tome 1 : alliance nocturne de Diana Pharaoh Francis

Le cercle des sorcières : alliance nocturne

Editions : Panini (Crimson) (2013)
386 pages

RésuméAutrefois, Max rêvait d’une carrière, d’un foyer, d’une famille aimante. Maintenant, tout ce qu’elle veut, c’est la liberté… et la vengeance. Une sorcière nommée Giselle a changé Max en guerrière d’une force, d’une rapidité et d’une endurance extraordinaires. Prisonnière de sortilèges, Max n’a d’autre choix que de se battre, d’être l’arme magique personnelle de Giselle, une Lame d’Ombre ; et elle est mortellement douée pour ça. Mais ses dons sont sur le point d’être testés comme ils ne l’ont encore jamais été… Max va devoir choisir entre la vie dont elle rêve encore et la guerrière qu’elle est devenue, et prendre sa place du côté du Bien, si elle survit assez longtemps pour savoir de quel côté il s’agit…



Chronique



Une très bonne surprise ! Un tome qui regroupe tout ce que j'aime dans un livre d'urban fantasy. Max est courageuse, forte, elle sait garder la tête froide et n'a besoin de personne pour la protéger. Elle est aussi intrépide, fidèle à ses principes, entière, ce qui l'amène à se mettre souvent en danger.

J'ai aimé les relations que nous découvrons ou qui se tissent au fil du livre, faites d'amitié, de loyauté, d'admiration. La plus complexe étant ce qui lie Giselle et Max.

L'histoire d'amour entre Max et Alexander reste très en arrière-plan, leur relation se développant plutôt autour de la confiance et de l'admiration que Max inspire à Alexander. J'ai apprécié que l'aspect sexuel soit mis en retrait et que l'on se concentre vraiment sur l'intrigue.
Celle-ci est passionnante et l'action ne manque pas : il n'y a pas un moment où l'on s'ennuie ! Le monde construit par l'auteur est intéressant, bien développé et crédible.
Que demander de plus ? J'ai passé un très bon moment de lecture.




Lignes de fuite de Val McDermid

Lignes de fuite

Editions : Flammarion (2015)
464 pages

RésuméStephanie Harker franchit les contrôles de sécurité à l'aéroport quand elle voit son fils, devant elle, se faire embarquer par un homme en uniforme. Prise de panique, elle sonne l'alerte. Mais les autorités n'ayant pas assisté à la scène la pensent folle et le fuyard a du temps pour s'éloigner. Alors que Stephanie raconte sa version des faits au FBI, il devient évident que cette histoire est bien plus complexe qu'il n'y paraît. Pourquoi quelqu'un voudrait kidnapper Jimmy ? Par quels moyens Stephanie peut-elle le faire revenir ? Thriller psychologique à vous couper le souffle, Lignes de fuite est sans aucun doute le roman le plus accompli de Val McDermid à ce jour.



Chronique


Je tiens tout d'abord à remercier booknode et les éditions Flammarion pour la découverte de ce livre et de cette auteure.

La première partie du livre est géniale : on entre directement dans le vif du sujet et la scène de l'enlèvement est vraiment excellente. J'ai ressenti la peur, l'urgence et la frustration de cette femme qui voit son enfant être enlevé devant ses yeux sans pouvoir réagir, car personne ne la prend au sérieux.

La seconde partie est plus lente, et est pour moi le point faible du livre. Néanmoins, elle permet de bien poser les personnages et de s'attacher à eux. Je pense tout de même qu'il aurait été préférable de la raccourcir légèrement : j'ai parfois décroché. Cette partie s'éloigne du thriller, il n'y a qu'un seul véritable suspect, ça manque de suspense, de tension.

Puis vient la troisième partie, qui remet tout en question. Cette fois-ci, on tombe dans du thriller pur, on est brinquebalé dans toutes les directions. J'ai été surprise par le dénouement que j'ai trouvé très bien ficelé. Il m'a néanmoins manqué quelques petites précisions finales : Qu'est-ce que Stéphanie va dire à Jimmy ? Qu'est-ce qu'elle va raconter à la police pour expliquer le retour de celui-ci ?

Au final, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre, malgré une seconde partie qui manque un peu de rythme. C'est une jolie découverte.


Les vampires de chicago, tome 1 : certaines mettent les dents de Chloe Neill

Les vampires de chicago : certaines mettent les dents

Editions : Milady (2011)
461 pages

RésuméIls m’ont tuée. Ils m’ont soignée. Ils m’ont changée.
Les vampires de Chicago ont décidé de révéler leur existence et ont fait de moi l’une des leurs. Certes, ma vie d’étudiante n’était pas très excitante, mais elle me convenait.
Maintenant je dois apprendre à maîtriser mes pouvoirs naissants sans pour autant jurer fidélité à Ethan Sullivan, le Maître de mon clan. D’accord, il m’a sauvé la vie, mais c’est quand même à cause de lui si je suis allergique au soleil ! S’il croit que je vais fondre sous prétexte qu’il a des siècles d’expérience en matière de séduction… 
J’ai plus urgent : un tueur a une dent contre moi. Ça va saigner !



Chronique


La lecture s'est révélée fastidieuse. Si je peux reprocher à quelques romans de ce genre de manquer d'originalité, de profondeur, ou de tomber dans la facilité, il est tout de même très rare que je m'ennuie. Or là, ça a été le cas. Le rythme est plutôt lent et on tombe parfois dans de longs paragraphes explicatifs rébarbatifs. Il y a quelques passages où l'action est plus présente, mais ils arrivent surtout vers la fin. C'est un peu dommage lorsqu'on considère que le récit commence sur les chapeaux de roue avec l'agression et la transformation de Merit.


Un autre point qui m'a empêchée de me prêter au jeu de cette lecture est les personnages principaux, qui m'ont parfois agacée. Notamment Merit : je comprends parfaitement qu'il soit difficile pour elle d'accepter sa nouvelle vie, mais j'ai trouvé plutôt puéril de rejeter la faute sur Ethan qui n'a fait que la sauver. Alors son entêtement à vouloir rendre les choses difficiles m'a vraiment irritée. Et je ne parle pas de la proclamation très "mature" qu'Ethan est son ennemi juré.



Du coup, on pourrait croire qu'avec tout ça j'éprouverais de la compassion pour l'Ethan en question… eh bien non, pas du tout. A vrai dire, il m'a laissée complètement froide. Trop borné lui aussi, et surtout trop hautain.
Les personnages secondaires m'ont été plus sympathiques mais malheureusement pas assez développées. Il n'y a que Morgan qui m'a tout de suite plu, avec son humour et son côté beaucoup plus décontracté. Dommage que lui n'ait pas trouvé grâce aux yeux de Merit.



Dernier point négatif, mais pas des moindres… les clichés. Ah ces fameux clichés ! Je peux leur montrer une certaine tolérance, mais le coup de l'attirance immédiate, intense et incontrôlable… c'est vraiment trop éculé. Honnêtement, je n'y vois même rien de romantique et ai plutôt tendance à trouver cela pitoyable. Alors que le coup est répété à nouveau avec la meilleure amie, je dis que trop c'est trop.



Mais tout n'est pas à jeter non plus, et il y a des éléments intéressants. J'ai bien aimé la hiérarchisation des vampires et les problèmes que rencontre leur adaptation au monde des humains. L'histoire principale n'est pas trop mal non plus, c'est juste dommage qu'elle soit si peu présente au long du roman et ne refasse vraiment son apparition qu'à la fin, qui est un peu rapide. Néanmoins, les dernières pages, plus rythmées et moins centrées sur la vie amoureuse des protagonistes, ont été beaucoup plus agréables à lire.



C'est donc une histoire qui a un certain potentiel mais est traitée de façon trop légère, avec des personnages abordés de façon trop superficielle, de même que l'enquête principale, et qui reste vraiment basique dans le genre. Pas inoubliable.